Les drones, des outils de guerre

Les drones, des outils de guerre

Les drones sont des véhicules aériens sans pilote et contrôlés de manière autonome. Mobiles ou distants, les drones se prêtent à de multiples usages, civil ou pour les forces armées ou de sécurité, la police, les douanes.

Les types de drones

Il existe trois types de drones, dont les drones de loisirs et de compétition. D’une part, les petits drones sont plutôt abordables, mais ils sont robustes et légers, ils sont surtout faits pour se divertir. D’autre part, il y a les drones à usage professionnel, qui servent à la surveillance, l’agriculture, l’audiovisuel, etc.). Effectivement, utiliser des drones peut s’avérer très utile, car ils peuvent se faufiler là où les êtres humains ne peuvent pas. Ils peuvent permettre aux chercheurs d’observer leur sujet d’expérience sans les importuner de leurs présences et beaucoup d’autres raisons comme de meilleures qualités d’image ou de meilleur angle de prise. Enfin les drones militaires, qui ont été d’une grande aide pour ces combattants de la paix, pour leur servir d’éclaireur et ont servi principalement de lutte contre le terrorisme.

Les drones militaires

Si auparavant les drones militaires ont servi à surveiller, maintenant ces engins volants servent d’arme. Ces diapositives sont vraiment excellentes en tant qu’armes de guerre, car contrairement à l’avion et à l’hélicoptère, ils sont plus discrets et surtout moins dangereux. Moins dangereux, car il ne met pas son pilote en danger, puisqu’il le contrôle à distance, bien caché dans son QG. Ensuite, au cas où le dispositif se fait attraper par l’ennemi, il n’y a pas de quoi s’inquiéter surtout pour sa couverture, son identité, mais par-dessus tout sa vie.
Après la rupture en 2001, l’utilisation de drones armés a connu une grande ampleur surtout aux États-Unis d’Amérique sous la présidence de Barack Obama. Il est à préciser que ces engins de guerre, contrairement à ce que bon nombre de gens pensent, ne touchent pas uniquement les combattants visés, étant donné que la majorité des victimes sont des civils, c’est alors ce qu’on appelle « dommages collatéraux ».

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *